Le Livre des Mystères (Book of Mysteries) : D&D4 et D&D5 (D&D Next)

Le Livre des Mystères (Book of Mysteries) : D&D4 et  D&D5 (D&D Next)

Chroniques de la Moonsea : Interlude n°1

0 appréciations
Hors-ligne
Pendant que les aventuriers chevauchaient en direction de la Maison de la Vigilance, la cité de Melvaunt, dans le nord de la Moonsea subissait l’attaque de hordes de morts-vivants.

L'attaque avait commencé l'avant-veille. La cité avait été fermée alors que les premiers signes de squelettes, zombies et autres abominations contre nature approchaient. Tous les archers disponibles étaient postés sur les hauts murs de la ville afin d’empêcher les créatures d’approcher. Lorsque les montres étaient à portée, des vagues de flèches s’abattaient sur les morts-vivants qui semblaient de plus en plus nombreux. Lorsque les créatures atteignaient les murs, elles tentaient de grimper, aidées de capacités surnaturelles et une fois en haut du mur, les fantassins de Melvaunt prenaient le relais pour les abattre. Les défenses avaient bien tenu. La cavalerie avait tenté plusieurs sorties d’assaillir les flancs de l’armée de morts-vivants, mais cette tactique fut rapidement abandonnée quand les ennemis se furent plus nombreux et finirent par être présent partout à l’extérieur des murs de la cité. Le port de la ville n’avait pas été ciblé par les attaques des mort-vivants au début de l’attaque, mais ce n’était qu’une question de temps car tout le monde savait qu’un mort-vivant n’avait pas besoin de respirer et donc pouvait facilement entrer dans les flots. C’est la raison pour laquelle, une partie des forces militaires de la cité avait été déployée à cet endroit. La porte nord, plus vulnérable, avait été condamnée et renforcée.

Un jour plus tard, la cité disposait partiellement d’une défense toute autre. Centrée sur un manoir situé non loin du mur sud-est de la cité, une gigantesque demi-sphère d’énergie pourpre avait été déployée. Elle englobait un bon quart de la cité, dont la Porte Est et les bâtiments gouvernementaux, sans compter les innombrables demeures et commerces des quartiers avoisinants. Le manoir appartenait à Lord Leyiraghon et la sphère avait été invoquée par son fils Hyjal. Depuis peu le détenteur d’une magie aussi puissante qu’inquiétante, le jeune héritier avait accompli un rituel afin d'ériger la sphère protectrice. Tout mort-vivant qui entrait en contact avec les limites de la sphère était réduit en poussière. Les morts-vivants, de toute évidence guidés par un chef que personne n’avait encore vu, finirent par éviter cette partie de la cité. Les créatures vivantes pouvaient franchir les limites de la sphère sans difficulté, ne ressentant qu’un léger fourmillement à chaque fois.

A l’intérieur du manoir, Hyjal était dans la pièce où il accomplissait ses rituels et où il expérimentait la magie. Il s’agissait de la salle où il avait accomplit le rituel qui lui avait permis de prendre possession de la magie du Bouclier de Gorlaf. Le jeune homme était plongé dans une intense concentration. Des effluves magiques de couleur violette émanaient de son corps. Des gouttelettes de sueur perlaient sur son front. Autour de lui, les fragments du cristal de Vastalen étaient disposés en cercle. Ils brillaient tous d’une intense lueur pourpre, mis à part l’un d’entre eux dont la lumière vacillait.

Mais tout ne se passa pas comme l'auraient voulu les défenseurs. La nuit dernière, la Porte Nord de la cité avait été détruite, la force ennemie ayant mis à contribution des nécromanciens qui avaient par leur magie affaibli la grande porte. Comme si le passage du temps avait été accéléré en un instant, la porte fut réduite en poussières de bois et de métal. Les combattants au service de Melvaunt étaient prêts à combattre mais non sans une certaine appréhension. Zombies, squelettes, goules, wights, et bien autres avaient déferlé sur l’entrée de la cité à présent ouverte. Les soldats vécurent l’horreur car lorsque certains de leurs compagnons tombaient au combat, ils ne tardèrent pas à se relever, animés par la magie du Cercle de Mort qui était parvenu jusqu’à la cité. Les soldats se trouvèrent donc forcés de combattre leurs anciens compagnons transformés en zombie.

Peu de temps après l’attaque sur la porte nord, le port subit aussi une attaque. Comme les défenseurs s’y étaient attendus, des morts-vivants émergèrent des flots et commencèrent à envahir les pontons. Les soldats tinrent bon pendant quelques heures avant de faiblir. Fort heureusement, la magie nécromantique du Cercle de Mort n’était pas encore parvenue dans cette partie de la ville et les soldats tués n’étaient pas réanimés en zombies. Alors que les défenseurs faiblissaient, un jeune homme s’approcha de la zone des combats. Il tenait fermement dans l’une des ses mains un bâton de bois sur lequel étaient sculptés des vagues. Dans son autre main, il tenait un fragment de cristal pourpre qui émettait une vive lueur violette. Le jeune homme, qui n’était autre que Mérak, porta son attention sur les flots du port et se concentra. Des effluves de magie pourpre émanèrent alors de son corps et s’envolèrent comme des volutes de fumées vers les cieux avant de décrire un arc de cercle pour retomber dans les flots proches des pontons où les combats faisaient rage. Du bout des lèvres, le sorcier élémentaire récitait quelque formule magique pendant plusieurs minutes. C'est alors que les flots aux abords du port se dressèrent tel un mur d'eau. Tout le long du port, les flots jaillirent pour atteindre une hauteur d'une vingtaine de mètres. Mérak murmurait toujours des incantations et les flots changèrent de couleur et devinrent pourpre. Puis en un instant, les eaux se figèrent, gelées par la magie de Mérak amplifiée par le cristal de Vastalen, et formèrent un mur infranchissable protégeant tout le port de la ville. Après ce prodige de magie qui donna aux soldats un répit leur permettant de secourir leurs compagnons blessés, le jeune Mérak était en sueur. La magie qu'il venait d'utiliser avait un prix. Il rencontra plusieurs gradés pour les informer que le mur tiendrait pendant plusieurs jours sans doute. Ces derniers prirent leurs hommes et se rendirent dans vers le nord pour prêter main forte à ceux qui combattaient à la porte de la ville. Mérak quant à lui se dirigea vers la demi-sphère invoquée par Hyjla. Il y avait une certaine beauté dans cette création magique et le jeune homme eut une pensée pour Jasmine. Il espérait qu'elle était saine et sauve et qu'elle et le reste du groupe trouveraient bientôt Ruinblade...

Lorsque le jour se leva, Mérak était à l'intérieur de la barrière magique, prêt à intervenir si les choses devenaient critique. Il tenait toujours le fragment du cristal de Vastalen à la main mais ce dernier avait perdu de son intensité. Dans le manoir des Leiyraghons, Hyjal continuait de se concentrer sur le rituel mis en place. Deux autres fragments ne brillaient plus, épuisés par le magie invoquée par le jeune noble.

Le combat aux portes de la ville trouva une issue fatale pour les défenseurs. Le Cercle de Mort, non seulement réanimait les soldats tués, mais amplifiaient les capacités surnaturelles des morts-vivants. Les militaires furent massacrés en grand nombre et les survivants furent forcés de battre en retraite. Ils se replièrent derrière la demi-sphère d’énergie pourpre. Déjà, son rayon d'action avait diminué. Les morts-vivants ne tardèrent pas à faire leur apparition, s'écoulant comme une rivière de toutes les rues de la cité vers les défenseurs encore en vie. Mérak passa alors à l'action. Il murmura de nouvelles incantations, puisant la magie nécessaire dans le fragment de cristal posé dans sa main gauche. De nouvelles effluves pourpres émanèrent de son corps. Une tempêtes de neige et de glace s'abattit alors sur les morts-vivants en approche. Des javelots de glaces apparaissaient en plusieurs endroit du périmètre de la demi-sphère et allèrent transpercer de part en part les abominations. De nombreux mort-vivants furent détruits par la magie élémentaire de Mérak et d'autres s'écrasèrent sur la barrière magique. Mais d'autres assaillants arrivaient. Et plus le contact avec la barrière en détruisait et plus la rayon de cette dernière réduisait. Des archers encore en vie s'ajoutèrent au déluge de magie. Les fidèles de Gond, dieu de l'Invention, arrivèrent sur place et lâchèrent des constructs sur les morts-vivants. Le plus impressionnant d'entre eux était un golem de pierre qui écrasait de ses poings les abominations. La vague de morts-vivants avait été ralenti par cette manifestation de magies et de forces. Mais d'autres morts-vivants entraient dans la cité.

Et la barrière d’énergie continuait de reculer lentement...

Dernière modification le 29-06-2012 à 22:53:01

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres